Les vignes

Le département du Cantal possède une Appellation de vin AOC
Entraygues Le Fel  ; sur 2 communes : Vieillevie et Cassaniouze.   Pour
rappel, l’ouest et le sud du Cantal font partie du bassin historique
Garonne/Dordogne/Adour.  Les petites appellations Coteaux de Glanes ou
Entraygues sont les vins que les Gabarriers expédiaient dans les régions
voisines, des appellations liées à l’histoire de l’ouest du Cantal.

Les Terrasses de LaVidalie sont les seules qui sont sur la partie
Cantalienne du vignoble, culltivées exclusivement sur 2 hectares de
terrasses, orientées plein sud, sur des coteaux très escarpés, sur le
versant Sud de la rivière  « Lot » à une altitude de 250 mètres.

Notre famille est installée à LaVidalie depuis plus de cent ans et
bien avant nous du vin s’y faisait, le père d’Isabelle à son tour
vinifiait, et en 1999, nous avons décidé de reprendre les vignes
existantes et de créer « Les Terrasses de LaVidalie » .

Notre vignoble est sur du schiste marron, riche en fragment rocheux et permettant un très bon drainage. Depuis la reconnaissance de l’Appellation en 1965, nous trouvons de la vigne à Lavidalie, à l’époque en plein. En 1999, les premières terrasses ont vu le jour avec 70 ares de plantation ont complété. En 2006 et 2007, une plantation de 50 ares a complété la parcelle.
Les dernières viennent de voir le jour au printemps 2017 pour remplacer les anciennes vignes. Les vignes sur terrasses sont conduites sur fil de fer. Durant l’hiver, la taille est effectuée puis la baguette laissée pour le support
de la future récolte est attachée sur le fil. Au courant de l’été, une vendange en vert (un certain nombre de grappes est enlevé) est effectuée pour ajuster au mieux le rendement et gagner au maximum en maturité et qualité du vin. Début octobre, les vendanges sont entièrement réalisées à la main. Elles s’étalent sur une dizaine de jours, pour atteindre la plaine maturité de certains cépages.

Bouteilles de vin

Historique

En 1965 , un groupe de vignerons individuels exploite cette appellation sur les communes d’Entraygues, Campouriez, Le Fel et Vieillevie. A l’époque, c’était le père d’Isabelle, Raymond FAU qui a planté 30 ares de vignes.

 

Le vin dans le temps servait de monnaie d’échange avec le fromage de la montagne, donnait lieu à des joutes oratoires entre le « Mountagnol » et le « Coustoubi ».
Le vignoble d’Entraygues et du Fel fut connu autrefois par ces vins trouves, produits dans un site lunaire, à terre rare. Ces vins furent sans doute les plus grands vins aveyronnais. Mais Entraygues et Le Fel eurent d’autres privilèges : celui d’être la barrière la plus septentrionale du vignoble rouergat, Entraygues était aussi l’ultime étape de la voie navigable qu’était le Lot. Les Gabarriers descendaient les barriques de vin vers la Basse Guyenne. Ainsi, grâce au commerce fluvial prospère, tous les cépages du sud-ouest furent implantés dans la région d’Entraygues. Les ingénieurs viticoles qui vinrent dans la Vallée du Lot furent stupéfaits de rencontrer un pareil musée vivant, car bon nombre de cépages qu’ils purent observer n’existaient nulle part ailleurs. Il fut relativement facile de remettre à l’honneur les anciens cépages pour la production de vins typés. A Entraygues, sur des terres de barènes formées de sable issu de la décomposition du granit, s’était implanté un vignoble spécialisé sur les vins blancs à base de Chenin, le grand cépage de la Vallée de la Loire. Mais le Chenin d’Entraygues a évolué au cours des siècles et très intéressante par sa précocité et la qualité de ses raisins.

En 1992,  Isabelle reprend l’exploitation familiale avec une soixantaine de chèvres et fabrique le « Cabécou de LaVidalie »

En 1994, construction d’une fromagerie, cet atelier est agrée CEE

En 1999, Serge & Isabelle reprennent la vigne et agrandissent en faisant des terrasses sur 80  ares, tout en restant un producteur  indépendant sur l’appellation.

En 2002, agrandissement de la chèvrerie et de la salle de traite indépendante.

En 2003, les terrasses s’étendent sur 1.5 ha. Cette année, la construction de la cave et d’un caveau de vente sortira de terre située attenante à la fromagerie. Cela permet la vente de vins et fromages et de découvrir un point de vue sur la vigne, des paysages de terrasses et donne une notoriété à ce vignoble.

En 2004, construction d’un local de vente pour le vin et le fromage, ainsi que la construction d’une cave à vin.

En 2011, Obtention de l’Appellation d’Origine Controlée, le 19 mai.

Les chèvres

L’élevage se compose d’une centaines de chèvres de race « alpine ». Elles pâturent parfois dans des parcours extérieurs, et en hiver elles sont nourries à l’intérieur avec le foin produit sur l’exploitation.

Les chevrettes de renouvellement sont issues du troupeau. Les boucs sont achetés pour éviter la consanguinité. Les chèvres sont nourries avec des aliments tels que le Cabraxel (blé 37%, tourteau d’extraction de colza 22%, son de blé 20 %, tourteau d’extraction de tournesol 13%) de maïs et de luzerne déshydraté ainsi que le foin produit sur l’exploitation. La période de gestation de la chèvre est de cinq mois. La période de mise-bas est principalement en février. La traite s’effectue à 6 heures 30 le matin et 18 heures le soir, dans une laiterie aménagée avec dix postes de traite. On trait 100 chèvres à l’heure. Le goût du fromage commence à l’alimentation de la chèvre et bien entendu la fabrication est aussi très importante.

La fabrication

A la fin de chaque traite, le lait arrive dans une boule inox tiré par un quad, jusqu’à la fromagerie. Il est refroidi à 24 °C. Ensuite, il est caillé dans des bacs avec de la présure (c’est la sécrétion, enzyme, qui se trouve dans l’estomac des jeunes ruminants non sevrés) mélangée à du petit lait. Après 24 heures, le caillé étant ferme, on retire le petit lait. Ensuite, la caillé est mise dans des multi-moules puis tourner quelques heures après avec salage. Le démoulage s’effectue encore à 24 heures. La mise en affinage dure 2 à 4 jours dans le séchoir à 16 ° C. avec un retournage des fromages une fois par jour. Après, ils sont conservés en chambre froide à 8°C où ils finissent de s’affiner.

L’emballage s’effectue sur demande de la clientèle avec des livraisons hebdomadaires dans la région. Actuellement, nous fabriquons trois calibres de fromages : le plus petit et le plus ancien s’appelle le « Cabécou de Lavidalie » ; plus affiné le « Parabel de Vieillevie » avec la photo du château ; et le dernier « La tomette de chèvre » pour écouler le surplus de lait du printemps.